Par Mots Et Merveilles -.

Lune Vuillemin, Benjamin Défossez

Chemin de fer

13,00
22 juillet 2020

Quelques chose de la poussière est un histoire racontée à deux voix, celle de la Bleue, jeune fille sauvée des eaux par la Vieille. La Vieille accueille la Bleue au sein de sa famille et le regrette vite parce qu’elle se dit que la Bleue pourrait bien contrarier son goût pour le silence et la solitude, mais aussi l’organisation de sa famille, ses rapports avec sa fille et son fils dans cette maison en décomposition héritée de sa mère. Dans cette famille, la Bleue s’intègre...à sa manière avec sa personnalité simple, et à sa façon lumineuse.
Roman sombre, explorant des relations chaotiques entre membres d’une même famille, hantée par les ancêtres, dans un environnement sauvage.
Texte admirablement accompagné par les tableaux de Benjamin Défossez (vit et travaille à Roubaix), nous plongeant dans un paysage rappelant les grands espaces, parsemé de visions oniriques.

Elena GIANINI BELOTTI

Editions DO

21,00
22 juillet 2020

Coup de coeur

Italie rurale, milieu du XIXeme siècle. Italia, jeune et belle jeune femme issue d'un milieu pauvre, fraîchement nommée institutrice, reçoit sa toute première affectation dans une petite école d'un petit village. Heureuse de cette nouvelle vie qui lui permettra d'aider financièrement sa famille tout en exerçant un noble métier, elle quitte son village pour prendre ses fonctions. une fois arrivée, Italia est reçue par le maire, notable local, qui exige qu'elle vive sous son toit. Malgré tous ses refus polis, elle ne parvient pas à se soustraire à la volonté de cet homme et doit donc cohabiter. Commence alors pour Italia un chemin d'embûches et de tourments. En lisant ce texte fort et poignant, au lyrisme juste, des allers-retours s'imposent entre cette époque et aujourd'hui, des mots, des phrases, des remarques. La force de la littérature est de nous montrer les chemins parcourus, ceux qu'il reste à parcourir, les risques de ne pas prendre les bons, de retourner en arrière.
Ne plus jamais penser "le prix de l'honneur est la mort, et c'est à ce seul prix qu'il est restitué".